COVID-19 :
CE QUE LES PROPRIÉTAIRES DE MAISON DOIVENT SAVOIR

Aux Centres hypothécaires Dominion, nous sommes profondément inquiets face au coronavirus – et nous savons que vous l’êtes aussi. Nos pensées et nos prières accompagnent les familles et les intervenants de première ligne qui composent avec la situation, dans le monde entier.

Nous savons que de nombreux propriétaires recherchent des conseils sur le financement hypothécaire. Nous tenons à vous renseigner, nos clients, sur l’état des choses et sur la façon dont les récents développements associés à la COVID-19 pourraient avoir des répercussions pour votre hypothèque, aujourd’hui ou à l’avenir. Nous savons qu’il y a beaucoup d’incertitude, mais nous nous efforçons de réunir toute information pertinente pour vous aider à comprendre les options qui s’offrent à vous en cette période éprouvante.

Revenez souvent à cette page pour trouver des renseignements supplémentaires et actualisés à mesure que de nouveaux détails se précisent.

Qu’est-ce que la COVID-19?

Le monde est aux prises avec la COVID-19 (maladie à coronavirus-2019). Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les coronavirus forment une grande famille de virus à l’origine de maladies allant du simple rhume à des affections plus graves.

Le virus de la COVID-19 est une nouvelle lignée qui a été identifiée en 2019 et n’avait jamais été trouvée chez l’humain auparavant. Les signes courants d’infection sont les symptômes respiratoires, la fièvre, la toux, l’essoufflement et la difficulté à respirer. Dans les cas plus graves, l’infection peut provoquer une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale et même la mort.

Les recommandations standard pour prévenir la propagation de l’infection comprennent le lavage régulier des mains, le fait de se couvrir la bouche et le nez lorsque l’on tousse et éternue et une cuisson complète de la viande et des œufs. Il faut éviter les contacts étroits avec toute personne présentant des symptômes de maladie respiratoire tels que la toux et les éternuements.

Les données suivantes sur les symptômes de la COVID-19 proviennent de 55 924 patients dont l’infection a été confirmée :

  • Forte fièvre, dans 87,9 % des cas
  • Toux sèche, 67,7 %
  • Fatigue, 38,1 %
  • Expectorations, 33,4 %
  • Essoufflement, 18,6 %
  • Mal de gorge, 3,9 %
  • Mal de tête, 13,6 %
  • Douleurs musculaires/articulaires, 14,8 %
  • Frissons, 11,4 %
  • Nausée, 5 %
  • Congestion nasale, 4,8 %
  • Diarrhée, 3,7 %

Il semble y avoir un risque accru pour :

  • Hommes de plus de 50 ans
  • Patients du groupe sanguin A
Mise à Jour 1: Effets Financiers

Depuis que l’OMS a déclaré qu’il y avait une pandémie, les effets de la COVID-19 ont commencé à se répercuter dans toute l’économie mondiale – y compris au Canada – et à causer de nombreux effets. Pour vous aider à suivre ce qui se passe sur le plan financier, nous avons dressé une liste d’annonces récentes du ministère des Finances, de la Banque du Canada et du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF).

  • Le ministre des Finances Bill Morneau a annoncé un nouveau programme de crédit aux entreprises qui apportera 10 milliards de dollars de soutien financier aux entreprises canadiennes, par l’entremise de la Banque de développement du Canada et d’Exportation et développement Canada. Cliquez ici pour en savoir plus.
  • La Banque du Canada abaisse le taux de financement à un jour, le faisant passer de 1,25 % à 0,75 %, pour réduire le fardeau financier des entreprises et des consommateurs. La Banque a aussi bonifié son programme de rachat d’obligations du Canada.Cliquez ici pour en savoir plus.
  • Le BSIF a réduit l’exigence de réserve pour stabilité intérieure, la faisant passer de 2,25 % à 1 %. Les « banques d’importance systémique intérieure nationale » pourront ainsi prêter 300 milliards de dollars de plus.Cliquez ici pour en savoir plus.

L’économiste en chef des Centres hypothécaires Dominion, Sherry Cooper, a produit de l’information détaillée sur la situation et son évolution. Ses plus récents articles :

Mise à Jour 2: Ce Que Les Propriétaires De Maison Doivent Savoir

La période peut être difficile pour un propriétaire, puisque de nombreuses familles sont en isolement volontaire ou en quarantaine en raison du virus. Résultat, il peut y avoir une perte de revenu et une précarité financière, ce qui peut causer du stress et de l’inquiétude au sujet de sa maison et de son hypothèque. Les Centres hypothécaires Dominion le comprennent bien, et notre priorité absolue est d’être là pour vous.

Nous avons réuni les renseignements suivants auprès de nos partenaires, pour vous informer de certains des faits nouveaux au sujet des hypothèques et des mesures que prennent les prêteurs pour atténuer les difficultés financières du moment.

Voici quelques facteurs importants pour les propriétaires actuels et potentiels :

  • Le délai de traitement d’une demande de prêt hypothécaire peut dans certains cas dépasser les 15 jours en raison du climat actuel et de l’évolution de la situation.
  • Si vous avez besoin d’une évaluation, l’accès de l’évaluateur à la propriété risque d’être retardé ou empêché. Les prêteurs prennent des mesures et étudient des aménagements à leurs politiques afin de contourner les problèmes du mieux possible.
  • N’oubliez pas que la situation est nouvelle également pour nos courtiers hypothécaires et pour les prêteurs, comme elle l’est pour tout le monde. Ils font donc preuve de prudence tout en essayant d’innover pour surmonter tout problème.
  • Les transactions urgentes seront plus difficiles à mener à bien.

LE TEST DE RÉSISTANCE

Compte tenu de la situation qui prend de l’ampleur, le BSIF a annoncé qu’il suspendait toutes les consultations, y compris celles concernant les changements au taux de référence B-20 proposé. En outre, le ministre des Finances reporte le changement précédemment prévu le 6 avril concernant l’admissibilité pour les prêts hypothécaires assurés. En somme, jusqu’à nouvel ordre, le taux à 5 ans affiché par la Banque du Canada continuera de servir pour l’admissibilité à un prêt hypothécaire.

Mise à Jour 3: Ce qu’un locataire doit savoir

Si vous êtes un locataire au Canada, vous êtes peut-être face à des questions sur votre avenir en raison de la pandémie de la COVID-19 – surtout à l’approche d’un nouveau mois.

Les gouvernements provinciaux sont à mettre en place des mesures pour aider les locataires :

Colombie-Britannique : La Province a éliminé certaines restrictions liées à la pandémie sur les locations résidentielles, mais maintient son moratoire sur les augmentations de loyer et les expulsions pour non-paiement du loyer. Pour les dernières nouvelles au 9 juillet 2020, cliquez ici.

Alberta : Il n’y a pas eu d’annonce fédérale sur des mesures supplémentaires de protection (comme la dispense du loyer ou la suspension des expulsions) pour les locataires résidentiels. En Alberta, de nouvelles protections sont en place pour les locataires (en vertu de la Residential Tenancies Act et de la Mobile Home Sites Tenancies Act). Pour les dernières nouvelles au 13 juillet 2020, cliquez ici.

Manitoba : Toutes les audiences des demandes non urgentes d’ordre de reprise de possession sont encore suspendues.

Saskatchewan : Pour des raisons liées à la COVID-19, le Bureau de la location à usage d’habitation n’accepte plus, pour le moment, les demandes d’éviction relatives aux loyers non payés ou en retard ou autres demandes non urgentes. Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.

Ontario : En raison de l’éclosion de COVID-19, aucune nouvelle ordonnance d’expulsion ne sera rendue jusqu’à nouvel ordre, et les bureaux des shérifs reporteront l’exécution prévue des ordonnances d’expulsion existantes. Les locataires doivent payer leur loyer en attendant l’exécution d’une ordonnance d’expulsion. Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.

Québec : La plupart des audiences d’expulsion de locataire sont suspendues au vu de la crise de la COVID-19. Au 11 juin 2020, le gouvernement du Québec a prévu 71,5 millions de dollars d’aide pour les locataires. Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.

Nouvelle-Écosse : A interdit jusqu’au 19 juin 2020 l’expulsion de personnes qui, en raison de la COVID-19, ne peuvent pas payer leur loyer. Aucune annonce n’a été faite pour prolonger cette disposition. Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.

Île-du-Prince-Édouard : Il y a un moratoire sur les expulsions de locataires de logements sociaux appartenant à la Province, mais aucune prolongation n’a été annoncée au-delà de juin 2020. Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.

Territoires du Nord-Ouest : Le GTNO a promulgué le Règlement sur la location des locaux d’habitation (COVID-19), un nouveau règlement temporaire qui donne aux locataires la possibilité de reporter le paiement de leur loyer en raison d’une perte d’emploi ou d’une réduction significative de leur revenu attribuable à la pandémie de COVID-19. Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.

Mise à Jour 4: Ce Que Font Les Prêteurs

Nous savons que l’épidémie de COVID-19 engendre des difficultés pour les familles partout au pays, alors que de nombreux parents sont sans travail, voire en quarantaine. Leur industrie étant axée sur les propriétaires de maison, bon nombre de nos prêteurs principaux s’efforcent de vous proposer des options utiles pour aider à alléger les pressions financières.

Tout dépendant quel est votre prêteur, vous pouvez peut-être vous prévaloir de certaines possibilités :

  • report des paiements;
  • réamortissement du prêt;
  • capitalisation des intérêts et des coûts impayés;
  • modalités de paiement spéciales.
Veuillez noter : que si vous reportez des versements, dans la plupart des cas, le prêteur ajoutera au solde de votre prêt hypothécaire les intérêts composés qui auraient été payés. Lors du renouvellement, les paiements suivants seront calculés en fonction du solde hypothécaire majoré.

Les grandes banques

Les grandes banques – Banque Royale du Canada (RBC), Banque Toronto-Dominion, Banque Scotia, Banque de Montréal, Banque canadienne impériale de commerce (CIBC) et Banque Nationale du Canada – ont prévu des mesures coordonnées d’allègement (En anglais seulement) pour leurs clients.

Ces banques travailleront avec leurs clients – particuliers et petites entreprises – pour composer avec les répercussions économiques de la pandémie. Elles prévoient toutes la possibilité de reporter les versements hypothécaires jusqu’à six mois, et elles offrent des mesures de facilitation pour d’autres formes de crédit à l’intention des familles qui sont en difficulté du fait de la situation.

Un report des versements hypothécaires signifie que le client n’est pas tenu d’effectuer les versements périodiques (capital, intérêts et impôt foncier, selon le cas) sur son prêt hypothécaire. Le report peut durer jusqu’à six mois. Pendant cette période, le client doit bien comprendre que les intérêts continuent de courir; ils seront ajoutés au solde hypothécaire à la fin de la période du report. Elles ont aussi prévu la possibilité de reporter les versements hypothécaires associés à un maximum de quatre propriétés, y compris la résidence principale, une résidence secondaire et des propriétés locatives.

Caisses populaires ou autres coopératives de crédit

Outre les assureurs hypothécaires et les grandes banques, les caisses populaires et autres coopératives de crédit travaillent aussi avec diligence pour aider leurs clients face à la crise de la COVID-19.

Desjardins

Les clients des caisses Desjardins qui ont de la difficulté à rembourser leurs prêts peuvent communiquer avec leur caisse pour discuter des options. Desjardins examine chaque cas individuellement et suggérera des solutions, qui peuvent aller jusqu’au report des paiements pour tous les produits financiers (sans que cela compromette la cote de crédit).

Coast Capital

Coast Capital a signalé la possibilité d’un report des versements hypothécaires et d’allègement à l’égard d’autres produits de crédit, au cas par cas.

Cliquez ici pour lire son communiqué sur la COVID-19.

VanCity

Comme d’autres coopératives de crédit, VanCity s’efforce d’offrir un allègement, au cas par cas, et invite ses clients à communiquer avec elle pour discuter des options possibles. Par ailleurs, VanCity s’efforce d’apporter une aide d’urgence pour le fonds de roulement, elle rachète au taux de change d’origine les devises étrangères des clients touchés par les restrictions aux voyages, et elle renonce aux frais des opérations de Virement INTERAC et de guichet automatique bancaire jusqu’au 30 avril.

Cliquez ici pour lire son communiqué.

Assureurs hypothécaires

La SCHL, Genworth et Canada Guaranty travaillent pour aider les propriétaires qui ont été touchés financièrement par la pandémie de COVID-19. Dès aujourd’hui, ils ont accru leur flexibilité et permettent de reporter les paiements jusqu’à six mois dans le cas de propriétaires qui, principalement mais pas exclusivement, ont acheté leur propriété avec une mise de fonds inférieure à 20 %.

Genworth Canada

Genworth Canada a publié une déclaration le 16 mars 2020 au sujet de son Programme d’aide aux propriétaires de maison, visant à aider les propriétaires assurés par Genworth qui connaissent des difficultés financières subites et pourraient temporairement avoir de la peine à s’acquitter de leurs obligations hypothécaires. Les emprunteurs répondant aux critères des lignes directrices internes du prêteur et du programme de Genworth recevront jusqu’à six mois de répit pour se rétablir et se concentrer sur ce qui compte.

Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL)

La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) offre des outils pour aider les propriétaires qui pourraient éprouver des difficultés financières. Ses outils de gestion des cas de défaut comprennent : le report de versements, le réamortissement des prêts, la capitalisation des arriérés d’intérêt et des autres frais admissibles, et des modalités spéciales de remboursement.

Lisez la déclaration ici.

La SCHL fournit aussi aux professionnels hypothécaires des outils et de la latitude pour leur permettre de prendre des décisions judicieuses quand ils travaillent avec vous à la recherche d’une solution à votre situation financière particulière. Diverses solutions peuvent être envisagées :

  • transformer un prêt hypothécaire à taux d’intérêt variable en un prêt à taux fixe afin de vous protéger contre la possibilité d’une hausse soudaine des taux d’intérêt;
  • offrir un report de paiement temporaire à court terme. Votre professionnel hypothécaire pourrait vous offrir une plus grande flexibilité dans vos versements, surtout si vous avez précédemment effectué des versements anticipés forfaitaires ou si vous avez précédemment choisi un calendrier de remboursement accéléré;
  • prolonger la période de remboursement (amortissement) afin de réduire vos versements mensuels;
  • ajouter tous les paiements sautés (arriérés) au solde du prêt hypothécaire pour les répartir sur la période d’amortissement restante;
  • offrir des modalités spéciales de remboursement adaptées à votre situation financière.

Depuis le 4 juin 2020, la SCHL a révisé ses critères de souscription au vu de la COVID-19, ce qui entraînera des changements pour les nouvelles demandes d’assurance prêt hypothécaire à l’unité et d’assurance de portefeuille pour propriétaires-occupants. Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.

Canada Guaranty

Comme Genworth Canada et la SCHL, Canada Guaranty fait sa part pour appuyer les propriétaires en cette période difficile. Comme l’indique sa déclaration du 16 mars 2020, dans le cadre de son Programme de solutions pour propriétaires, les prêteurs ont actuellement la possibilité de capitaliser jusqu’à quatre versements hypothécaires mensuels.

Cependant, pour aider les propriétaires admissibles à surmonter ces circonstances difficiles, Canada Guaranty est prête à bonifier cette option de programme pour permettre la capitalisation de six versements mensuels. Comme condition, le montant initial du prêt ne doit pas être dépassé, la demande de capitalisation doit être reçue avant le 13 septembre 2020, et le prêteur doit confirmer que la capitalisation est appliquée de manière raisonnable pour aider à atténuer les difficultés à court terme résultant de la COVID-19.

Lisez la déclaration ici.

Communiquer avec les prêteurs

Dans la présente situation, si vous avez des soucis financiers découlant de la pandémie de COVID-19, le mieux est de discuter de votre prêt hypothécaire avec votre courtier hypothécaire ou votre prêteur. Il se peut que vous deviez attendre au téléphone davantage que d’habitude : prévoyez 20 à 30 minutes pour arriver à un représentant. Ayez votre numéro de prêt hypothécaire en main pour faciliter le service, et n’oubliez pas d’être aimable!

Voici le numéro de téléphone direct pour divers prêteurs :

LENDERSCONTACT #
ATB1-800-332-8383
B2B1-800-263-8349
Banque de Montréal1-877-895-3278
Banque HomeEquity 1-866-331-2447
Banque Nationale1-888-835-6281
Banque Royale1-800-768-2511
Banque Scotia1-800-472-6842
Bridgewater1-866-243-4301
Chinook Financial403-934-3358
CIBC1-800-465-2422
Connect First403-520-8000
Desjardins1-855-688-2433
Équitable1-866-407-0004
First Calgary Financial403-736-4000
First National1-888-488-0794
Haventree1-855-727-0051
Home Trust1-855-270-3630
HSBC1-888-310-4722
ICICI1-888-424-2422
Manuvie1-800-268-6195
Marathon1-855-503-6060
MCAP 1-866-809-5800
Merix1-877-637-4911
Optimum1-866-441-3775
RFA1-877-416-7873
RMG1-866-809-5800
Servus1-877-378-8728
Street Capital1-866-683-8090
TD1-888-720-0075
Mise à Jour 5: Quelles Sont Les Répercussions Pour Les Transactions?

Si vous êtes actuellement en voie d’acheter ou de vendre une maison, nous avons cherché des renseignements sur la situation en ce qui concerne les transactions immobilières en cette période de COVID-19.

Les bureaux d’enregistrement immobilier restent ouverts – jusqu’à présent

Actuellement, la fermeture des bureaux d’enregistrement n’est pas prévue. Cela pourrait changer, et entre-temps, le personnel pourrait être réduit et accorder la priorité aux services nécessaires à la clôture (dérogations, préapprobations, corrections de la cote foncière, etc.).

Les banques restent ouvertes – jusqu’à présent

Toutes les grandes banques canadiennes ont indiqué leur intention de rester ouvertes. Comme d’autres entreprises, il se peut qu’elles réduisent le personnel ou le nombre de succursales accessibles, et que les délais de traitement des demandes soient prolongés.

Réunions
En raison de l’accent mis sur l’isolement volontaire et la prévention de la propagation de la COVID-19, il pourrait arriver que les réunions entre clients et notaires soient impossibles. Des réunions à distance restent une excellente option (aussi bien pour les formalités immobilières et avec votre professionnel hypothécaire). Elles peuvent se faire par téléphone ou par vidéoconférence, en prévoyant de fournir par la suite tout document assermenté requis. Dans toute rencontre en personne, évitez les poignées de main, restez aussi loin que possible les uns des autres et ne manquez pas de vous laver les mains après avoir quitté les lieux.

Municipalités
Il y a eu des recommandations de limiter les interactions en personne, de faire du télétravail si possible et d’éviter les sorties non essentielles. Il est aujourd’hui bien possible que des municipalités ferment leurs bureaux ou réduisent le personnel, et que la réception de documents de conformité, de permis et d’accords municipaux prenne plus de temps que d’habitude.

Quelles sont les conséquences pour vos transactions?

Si les bureaux d’enregistrement ou les banques venaient à fermer, les transactions immobilières ne pourraient pas être bouclées et vous auriez à demander des prolongations si possible. Ce ne serait pas si tragique : tout le monde serait dans la même situation. Il reste que la plupart des accords de revente ne prévoient pas le droit d’exiger une prolongation, bien que la plupart des gens soient compréhensifs. Vous devrez compter sur la bonne volonté, outre les principes du code civil du Québec, pour obtenir une prolongation.

Mise à Jour 6: Fonds D’urgence Face À La COVID-19

Pour combattre la COVID-19, le gouvernement du Canada a créé la Prestation canadienne d’urgence (PCU). Elle est destinée à tous les Canadiens qui ont cessé de travailler en raison de la COVID-19, qu’ils soient ou non admissibles à l’assurance-emploi, et elle représente pour eux 2000 $ par mois (pendant une période maximale de quatre mois).

La PCU est destinée aux Canadiens qui, soit :

  • ont perdu leur emploi en raison de la COVID-19;
  • sont tombés malades, sont mis en quarantaine ou prennent soin d’une personne atteinte de la COVID-19;
  • sont des parents ayant un emploi qui doivent rester à la maison sans rémunération pour s’occuper d’enfants qui sont malades ou à la maison en raison de la fermeture des écoles et des garderies;
  • ont encore un emploi, mais ne reçoivent aucun revenu du fait qu’ils sont empêchés de travailler en raison de la COVID-19.

La PCU a récemment été prolongée. Au lieu des 16 semaines (4 mois) prévus à l’origine, elle sera offerte pendant 24 semaines (6 mois) pour les travailleurs répondant aux critères. Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.

Le 31 juillet, le gouvernement du Canada a annoncé l’ultime PCU (Prestation canadienne d’urgence) prévue. La période de la PCU prendra fin le 26 septembre. À ce moment, le gouvernement fédéral entend faire passer les récipiendaires de la PCU qui ont encore besoin d’aide sous le régime de l’assurance-emploi.

Il faut noter que les Canadiens ne peuvent pas recevoir à la fois des prestations ordinaires et de maladie d’AE et la PCU dans la même période. Vous pouvez recevoir à la fois la PCU et des fonds du gouvernement provincial (comme la Prestation d’urgence pour les travailleurs en Colombie-Britannique), mais pas la PCU et l’AE.

Si vous recevez déjà des prestations ordinaires d’AE, vous continuerez de les recevoir jusqu’à la fin de la période de prestation. Si ces prestations prennent fin avant le 3 octobre 2020, vous pourrez demander la PCU si vous répondez aux critères. Cependant, les demandes d’AE des personnes qui deviennent admissibles à partir du 15 mars seront automatiquement traitées au titre de la PCU. Après quatre mois de PCU, vous pourrez demander les prestations ordinaires d’AE si vous êtes encore sans emploi. Le fait d’avoir reçu d’abord la PCU ne changera rien à votre admissibilité aux prestations d’AE après la période de quatre mois.

Vous pouvez demander la PCU en ligne dans Mon dossier de l’ARC, accessible à partir de la bannière d’information sur la COVID-19 se trouvant au sommet de la page d’accueil de l’ARC, ou vous pouvez le faire au moyen d’un service téléphonique automatisé en composant le 1-800-959-2019.

Il faut retenir que la PCU est imposable. Aucune retenue ne sera effectuée sur le paiement, mais l’impôt sera payable l’année prochaine.

En plus de la PCU, d’autres fonds d’urgence et options s’offrent aux citoyens et aux entreprises :

  • Crédit pour la TPS : 886 $ pour les adultes seuls, 1160 $ pour les couples
  • Bonification de l’Allocation canadienne pour enfants :
    • 300 $ de plus par enfant
    • 580 $ pour le premier enfant admissible d’une famille monoparentale
  • Moratoire pour les prêts d’études :
    • Période de 6 mois
    • Aucun paiement
    • Pas d’accumulation d’intérêts
  • Fonds de soutien aux communautés autochtones
  • 200 millions de dollars pour des ressources communautaires, telles que :
    • Refuges / aide aux sans-abri
    • Aide aux victimes de violence sexuelle / maisons de transition
  • Subvention salariale de 75 % pour les petites entreprises
    • Si vous êtes un employeur canadien dont l’entreprise a été touchée par la COVID-19, vous pourriez être admissible à une subvention de 75 % des salaires de vos employés pour une période allant jusqu’à 24 semaines, et ce, rétroactivement du 15 mars 2020 au 29 août 2020.
    • Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.
  • Subvention salariale de 10 % (pour les entreprises qui ne sont pas admissibles aux 75 %)
    •  Mesure de trois mois qui permettra aux employeurs admissibles de réduire le montant des retenues à la source à remettre à l’Agence du revenu du Canada (ARC).
    • Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.
  • Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes : 40 000 $
    • Les entreprises admissibles bénéficieront d’une marge de crédit de 40 000 $ pour aider à couvrir les frais d’exploitation à court terme, la paie et d’autres dépenses d’entreprise essentielles à la continuité des activités.
    • Valable jusqu’au 31 décembre 2020
      • Après le 31 décembre 2020, tout solde impayé de la marge de crédit de 40 000 $ sera transformé en prêt de 5 ans non renouvelable venant à échéance le 31 décembre 2025, quand le solde devra être payé au complet.
    • Aucun intérêt jusqu’au 1er janvier 2023
  • Programme de protection des prêts hypothécaires assurés
    • 50 milliards de dollars
    • Report des paiements
    • Ententes de paiement spéciales
  • Aide des banques
    • Prêts automobiles
    • Possibilité de report des paiements
    • Communiquer directement avec la banque
    • Communiquer avec vos instituts
  • Fonds de soutien d’urgence
    • 5 milliards de dollars – précisions à venir
  • Fonds enregistrés de revenu de retraite (FERR) : retraits minimums réduits de 25 % pour 2020
  • Crédit pour la taxe sur les mesures climatiques – Colombie-Britannique
    • De juillet 2020 à juin 2021, le crédit d’impôt action climat de la Colombie-Britannique (CIACCB) prévoit un crédit maximum de 174 $ pour un particulier, 174 $ pour l’époux ou conjoint de fait et 51 $ par enfant (174 $ pour le premier enfant d’une famille monoparentale).
    • Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.
  • Prestation d’urgence pour les travailleurs – Colombie-Britannique
    • Prestation de 1000 $ non imposable versée aux Britanno-Colombiens dont la capacité de travailler a été entravée par la COVID-19
    • Pour de plus amples renseignements, cliquez ici.
  • Programme d’assistance aux clients de BC Hydro
    • Report du paiement des factures
    • Possibilité d’étalement des paiements
    • Facultatif : Possibilité de demander une subvention du fonds de crise de BC Hydro, jusqu’à concurrence de 600 $
Mise à Jour 7: Que Pouvez-vous Faire?

Si vous vous trouvez en difficulté financièrement parce que vous avez perdu votre travail ou que vos revenus ont diminué, vous pouvez vous sentir dépassé et inquiet, sans savoir au juste que faire.

Pour vous faciliter la tâche, nous suggérons trois mesures simples pour vous aider à surmonter vos difficultés financières, de sorte que vous puissiez vous concentrer sur ce qui importe davantage, comme votre famille et votre santé.

  1. Réduisez vos dépenses
    Pour toute personne qui se retrouve sans travail ou avec des heures réduites en raison de la COVID-19, il est bon de chercher des possibilités de réduire les dépenses non essentielles. Par exemple, les services de vidéo en continu, les forfaits de données cellulaires et l’abonnement à un centre de conditionnement physique peuvent finir par représenter une certaine somme.
  2. Contactez votre professionnel hypothécaire
    Vos courtiers des Centres hypothécaires Dominion travaillent fort pour être bien renseignés sur la situation avec la COVID-19 ainsi que sur les mesures prises par la Banque du Canada et le ministère des Finances. Ils pourront ainsi vous communiquer l’information la plus à jour et la plus exacte. Ils vous expliqueront quelles options s’offrent à vous, et comment la situation pourrait influer sur vos taux d’intérêt et vos versements hypothécaires.

    Pour communiquer avec un courtier des Centres hypothécaires Dominion, vous pouvez simplement télécharger l’appli Mes outils hypothécaires pour vous connecter à distance, ou vous pouvez trouver un courtier local sur notre site Web.
  3. Communiquez avec vos sociétés de carte de crédit et autres prêteurs
    De nombreuses familles ou personnes seules n’ont pas les moyens de perdre leur revenu, même en partie. Si vous avez des dettes ou vous vivez d’une paie à l’autre, vous avez peut-être d’avance des difficultés financières. Malheureusement, le fait de rater des versements peut avoir des répercussions négatives durables. Avant d’en arriver là, mieux vaut communiquer avec vos prêteurs, votre banque ou votre société de carte de crédit pour voir s’il y a des options.
  4. Trouvez des solutions de rechange
    Que vous soyez mis à pied temporairement, que vous perdiez votre emploi ou que vous manquiez de jours de congé de maladie pour couvrir votre absence du travail pendant la COVID-19, il y a des solutions pour bonifier votre revenu.

    • Vous êtes peut-être admissible à une assistance financière si vous êtes sans travail en raison de la COVID-19.
    • L’assurance-emploi est peut-être une option. Le délai de carence a été réduit pour les personnes touchées par la COVID-19. Cliquez ici pour en savoir plus.
    • Vous avez des compétences que vous pouvez utiliser en ligne? Pendant que vous êtes sans travail ou en quarantaine, vous pourriez faire du travail à la pige. Des sites comme UpWork et Freelancer proposent du travail dans le monde entier, dans des domaines aussi variés que la comptabilité et le développement Web.
  5. Clarifiez la situation financière
    Pour obtenir le meilleur service de votre professionnel hypothécaire, fournissez-lui des renseignements financiers détaillés afin qu’il puisse examiner votre situation et toutes les options possibles. Si vous préparez un budget détaillé – tenant compte de vos cartes de crédit, de vos prêts et de vos frais courants ainsi que de vos comptes d’épargne et de vos investissements –, votre courtier pourra d’autant mieux comprendre votre situation financière et déterminer l’aide à laquelle vous pourriez être admissible.
  6. Tenez-vous au courant
    Plus on en sait, mieux on peut agir, et plus vous en savez sur la présente situation et son évolution, mieux vous pourrez gérer votre ménage et vos finances. Nous vous communiquerons des informations à jour ici même dans notre site Web au fur et à mesure des développements.
Mise à Jour 8: Soutien supplémentaire

Nous savons qu’outre des difficultés financières, de nombreuses personnes souffrent moralement en raison de la COVID-19. Toute personne ayant des troubles de santé mentale (p. ex., anxiété, dépression, troubles bipolaires) devrait sans faute consulter un professionnel de la santé mentale en cette période si elle voit ses symptômes s’accentuer.

En plus des soins ordinaires, l’Association canadienne pour la santé mentale s’emploie à actualiser constamment son site Web en ajoutant des ressources face aux pressions, à l’anxiété et autres facteurs de stress liés à cette pandémie. Pour en savoir plus, visitez son site Web ici. L’Association a aussi un service de crise 24 heures sur 24 au numéro sans frais 1-833-456-4566.

D’autres programmes pourraient vous aider à réduire le fardeau mental et émotionnel de la situation :

Programme d’aide aux employés (PAE) : Ce programme offre les services suivants :

  • Accès confidentiel, 24 heures sur 24, à un soutien professionnel pour aider les employés à gérer le stress, l’anxiété, la douleur et les soucis financiers, entre autres.
  • Les employés et les gestionnaires peuvent se connecter pour obtenir une assistance par téléphone, vidéo ou messagerie instantanée (chat) à tout moment et n’importe où.
  • Soutien pour employés et pour gestionnaires, par téléphone, par vidéo ou par clavardage, et ce, en tout temps et en tout lieu.
  • Vaste offre de ressources en ligne pour gérer un traumatisme, accroître sa résilience, prendre soin de soi et gérer le changement, entre autres.
  • Services consultatifs pour aider les gestionnaires face à des situations difficiles en milieu de travail.
Cliquez ici pour en savoir plus.

Accès sur demande : Ce programme apporte un soutien global en réponse à des besoins uniques et pour les organisations sans PAE. Il offre par exemple :

  • Counselling et soutien en cas d’événement traumatisant
  • Services de soutien aux organisations en vue de trouver rapidement des solutions efficaces à des problèmes
Cliquez ici pour en savoir plus.
Mise à Jour 9: Protégez-vous – Et Lavez-vous Les Mains!

Pensez toujours, en cette période, à vous laver les mains convenablement et à minimiser vos contacts avec d’autres personnes. Vous voulez éviter de contracter la COVID-19 ou de la transmettre par inadvertance. Nous pouvons traverser cette crise, ensemble.

COVID-19 : Information sur l’autoévaluation

La plupart des provinces canadiennes ont mis en ligne des pages spéciales d’information sur la COVID-19, y compris sur la façon d’effectuer une autoévaluation des symptômes.

Pour les résidents de la Colombie-Britannique, cliquez ici.

Pour les résidents de l’Alberta, cliquez ici.

Pour les résidents de la Saskatchewan, cliquez ici.

Pour les résidents du Manitoba, cliquez ici.

Pour les résidents de l’Ontario, cliquez ici.

Pour les résidents du Nouveau-Brunswick, cliquez ici.

Pour les résidents de la Nouvelle-Écosse, cliquez ici.

Pour les résidents de l’Île-du-Prince-Édouard, cliquez ici.

Pour les résidents du Québec, cliquez ici.